Archive for novembre 29th, 2009

PEINE DE MORT

Posté le 29 novembre, 2009 dans Répression

Il y a de cela bien longtemps, le 30 novembre 1786, dans un tout petit état européen, le Grand Duché de Toscane, la peine de mort est abolie grâce à l’impulsion de la pensée illuministe et en particulier à l’œuvre d’un jeune Milanais, Cesare Beccaria, qui, premier abolitionniste de l’histoire, avait écrit en 1764 un pamphlet – Des délits et des peines – dans lequel il dénonçait la torture, les supplices, les aberrations de son époque et des époques précédentes, provoquant un débat qui, aujourd’hui encore, est malheureusement loin d’être terminé.

Le royaume d’Italie, auquel la Toscane avait été intégrée en 1860, avait aboli la peine de mort en 1889, le régime fasciste l’avait réintroduite le 25 novembre 1926 et la Constitution républicaine de 1948 en a décidé l’abolition définitive. En France, pour arriver enfin à l’abolition de la peine de mort, il faudra attendre l’élection à la présidence de la République de François Mitterrand, en 1981.

Ailleurs dans le monde, alors que 89 pays ont aboli la peine de mort, elle est encore prévue dans 108 pays, dont 68 l’utilisent régulièrement, 10 dans des situations exceptionnelles et 30 n’y ont pas eu recours depuis 10 ans, tout en la maintenant. Dans le monde, 4 exécutions sur 5 ont lieu en Arabie Saoudite, Chine, Irak, Iran et USA.

SUICIDES

Posté le 29 novembre, 2009 dans Répression

Depuis le début de l’année 2008, pas moins de 26 suicides ont eu lieu parmi le personnel de France Telecom sur un total de 187 000 salariés, dont environ 100 000 se trouvent en France. Parmi ces derniers, une partie (80 000 en 2006) sont encore fonctionnaires, les autres étant en CDI. 115 ans après sa nationalisation, en 1889, l’entreprise a été privatisée sur fond de grande campagne médiatique qui vantait les avantages de l’opération, pour son personnel comme pour sa vaste clientèle – que l’on appelait jadis, d’un terme devenu tout d’un coup démodé, les usagers – 174 millions de par le monde qui allaient pouvoir bénéficier d’un meilleur service, à moindre coût.

Rien de mieux pour décrire le changement de culture lié à la privatisation que la lettre dans laquelle un salarié qui s’est suicidé à Marseille le 14 juillet 2009 écrivit: “Je me suicide à cause de mon travail à France Telecom. C’est la seule raison. Urgence permanente, surcharge de travail, absence de formation professionnelle, désorganisation totale de l’entreprise. Management par la terreur”. La politique appliquée au personnel a déjà supprimé 22 000 emplois en moins de trois ans et en a bouleversé les conditions de vie en mettant en œuvre une série de “restructurations” qui ont consisté, entre autres, à rétrograder de nombreux salariés, à les déplacer, à exercer sur eux toutes sortes de pressions pour qu’ils quittent l’entreprise. La part fixe du salaire a été réduite au minimum et tout dépend désormais de la part variable, le PVV, Prime Variable de Vente, calculée sur la base des ventes effectuées.

MURS

Posté le 29 novembre, 2009 dans Histoire

On célébrait, il y a quelques semaines, l’anniversaire de la chute du Mur de Berlin qui, de 1961 à 1989, fut le symbole de la division du pays le plus riche d’Europe: à l’ouest, la République Fédérale Allemande, fer de lance de l’OTAN, où les Krupp, Thyssen et autres grands industriels et financiers, à l’origine du pouvoir nazi et de ses horreurs, avaient récupéré dés 1948 leur patrimoine, produit de l’exploitation des travailleurs allemands, immigrés et d’au moins dix millions d’esclaves; à l’est, la République Démocratique Allemande où les communistes et les antifascistes fuyant la peste noire – un million d’opposants allemands ont connu la prison et/ou les camps de concentration entre 1933 et 1945 – avaient pris un autre chemin en confisquant le patrimoine des nazis au bénéfice du nouvel Etat créé sur le territoire occupé par l’Armée Rouge.

LES DROITS DES FEMMES

Posté le 29 novembre, 2009 dans Droits des femmes

En conclusion de l’article publié dans Le Monde du 19 novembre dernier, à propos de la ‘Journée internationale pour l’élimination de la violence faite aux femmes’ du 25 novembre, Suzy Rojtman et Maya Surduts, porte-parole du Collectif national pour les droits des femmes, écrivaient que la France “…est le pays des droits de l’homme mais certainement pas celui des droits des femmes”.

Pour étayer leur affirmation, elles rappellent qu’en France les femmes perçoivent en moyenne un salaire de 27% inférieur à celui des hommes, que le nombre de femmes députées place le pays au 57ème rang dans le monde, que la pression pour remettre en question le droit à l’avortement se fait de plus en plus forte. Elles terminent en soulignant la tragique et persistante absence dans les textes fondamentaux du pays de l’oppression subie par les femmes.