No-fly zone en Israël

Posté le 9 juillet, 2011 dans Moyen Orient, Répression

Arrêtés aux aéroports de Paris, Genève, Rome par la police locale. Appréhendés à l’aéroport Ben Gourion de tel Aviv qui, selon le parlementaire palestinien Mustafa Barghouti, devient “un avant-poste militaire”. Voici l’accueil réservé et fait réserver par Israël aux activistes internationaux qui, aprés le blocage imposé aux bateaux de la FreedomFlotilla2, s’étaient donné rendez-vous en Cisjordanie pour l’initiative “BienvenuePalestine”. Les premiers à subir l’ostracisme ont été, hier matin à l’aube, une cinquantaine de pacifistes français qui s’apprêtaient à embarquer sur un vol de Lufthansa, à l’aéroport Charles de Gaulle, ce fut ensuite le tour de deux-cents voyageurs qui avaient réservé sur la compagnie hongroise Malev. Air France, Alitalia, Suisse Air,  Easyjet ont également empêché les activistes de monter à bord. La police des frontières disposait d’une liste détaillée de 347 personnes et les considéraient persona non grata, les qualifiant de provocateurs et d’auteurs potentiels de troubles pour l’Etat d’Israël. Une opération qui applique ce que le ministre des Affaires Etrangères Lieberman répète depuis des semaines, en syntonie avec l’apartheid dont il rêve et qu’il soutient depuis des années au sein de son parlement. Depuis jeudi, déjà, plusieurs activistes connus dont le nom figurait sur la liste des proscrits fournie par les autorités israéliennes avaient constaté l’annulation de leur réservation. A Paris et à Genève, une forte tension s’est manifestée aprés que les personnes refoulées ont occupé la zone d’embarquement, risquant pour cela l’interpellation policière. L’action de la police locale et du personnel de l’aéroport,  montrant un zêle particulier à appliquer les directives israéliennes, a augmenté l’agitation. Cela a soulevé les protestations de nombreuses ONG philopalestiniennes.

Olivia Zemor, présidente de l’association Euro-Palestine a déclaré: « Roissy-Charles de Gaulle est sous occupation israélienne. Nous sommes des gens pacifiques qui nous rendons en Palestine, nous n’avons aucune intention de semer le désordre » . Cela n’a pas servi à grand chose puisqu’elle est restée à terre avec ses camarades. Le professeur Mazin Qumsiyeh lui-même, porte-parole de la campagne pour les médias internationaux, soulignait depuis plusieurs jours le caractère absolument pacifique de ces actions: “ Ces gens ne se rendent pas dans les aéroports pour manifester, ile demandent seulement le droit de se rendre en Cisjordanie. Israël commet une erreur en mobilisant la sécurité contre des personnes qui n’attentent pas le moins du monde à la sécurité. Le ministre israélien de la Sécurité de l’Etat, Aharonovitch, a totalement ignoré ces déclarations en soutenant que “Il y a des raisons sécuritaires. D’ailleurs, s’ils n’avaient pas été bloqués aux aéroports, ils l’auraient été en Israël. A peine atterris, les activistes de la “flotille aérienne” auraient été repérés, arrêtés et expulsés, comme le prévoit notre législation”. Toute la journée, les terminaux 2 et 3 de l’escale de Tel Aviv ont été envahis par une présence massive de policiers armés, d’autant plus qu’une manifestation du groupe Gush Shalom (une formation de gauche) pour l’accueil de ceux qui arrivaient avait été prévue puis interdite. On craignait de possibles affrontements avec l’extrême-droite israélienne. Tout ceci n’a pas empêché “Bienvenue Palestine” de commencer le cycle de rencontres à Bethléem avec ceux qui, ayant contourné le blocus, étaient déjà arrivés depuis plusieurs jours, tels les Italiens “Amis de la Demi-lune Rouge”

Enrico Campofreda, 8 juillet 2011
traduit de l’italien par Rosa

Leave a Reply




XHTML::
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>