Archive for the ‘Catastrophes’ Category

Qui détruit la forêt amazonienne ?

Posté le 17 février, 2011 dans Catastrophes, environnement

En 1964, la compagnie pétrolifère américaine Texaco arriva dans la province amazonienne de Sucumbios, à la frontière de l’Equateur et de la Colombie, et après trois ans de recherches y découvrit le premier gisement de pétrole, Lago Agrio 1, devenu le cœur de la pollution dans la région. Dans les années qui suivirent, Texaco constitua un consortium avec l’état équatorien et depuis 1990 cessa d’œuvrer directement tout en demeurant dans le consortium dont la majorité passa dans les mains de Petroecuador.

Le désastre écologique du fleuve Lambro

Posté le 25 février, 2010 dans Catastrophes, environnement

Le déversement dans le Lambro d’énormes quantités de gasoil des citernes de la raffinerie de Villasanta peut représenter le coup de grâce pour un fleuve dans un état honteux de dégradation depuis des décennies. Mais la vague noire, qui en attendant poursuit  son chemin, représente une menace très grave non seulement pour les habitants des communes riveraines, mais pour tout l’écosystème du Parc régional de la Vallée du Lambro, du Parc de Monza (le plus grand Parc urbain d’Europe et l’une des plus belles zones naturalistes-paysagistes de la Lombardie) et surtout pour le plus vaste écosystème du Po, avec des dommages environnementaux en chaîne, au long de centaines de kilomètres en aval, qui n’épargneront même pas quelques sites d’intérêt communautaire (SIC) présents le long du Po.

Notre rôle dans la catastrophe haïtienne

Posté le 25 janvier, 2010 dans Catastrophes

martissant_haitilargeUn tremblement de terre de la magnitude de celui qui a ravagé Haïti aurait provoqué d’énormes dommages à n’importe quelle grande ville du monde, mais ce n’est pas un hasard si la majeure partie de Port-au-Prince ressemble désormais à une zone de guerre. La meilleure manière de comprendre les ravages du dernier désastre en date à frapper Haïti consiste à l’interpréter comme une nouvelle conséquence d’une série d’agissements résolument humains qui s’inscrit dans une longue et horrible séquence historique.

LA PREMIERE REPUBLIQUE NOIRE

Posté le 24 janvier, 2010 dans Catastrophes

1264356380Haïti, dans les Grandes Antilles, un tiers de l’île Hispaniola dans sa partie occidentale (28 000 km2), compte 8 300 000 habitants (donnée de 2005), tandis que 2 millions vivent à l’étranger. 80% de ses habitants survivent en dessous du seuil de la pauvreté, un Haïtien sur 4 souffre de sous-alimentation, le chômage touche 65% de la population active et 54% vivent dans la pauvreté la plus absolue. En 1804, la Révolution haïtienne (1791-1803) conduite par Toussaint Louverture – malgré son arrestation et sa déportation en France en 1802, où, enfermé dans une forteresse, il allait mourir moins d’un an plus tard (de congestion pulmonaire, dans une cellule équipée de deux cheminées…) – avait contraint l’armée commandée par le beau-frère de Napoléon, le général Leclerc, chargé de rétablir l’esclavage aboli en 1973, à quitter l’île. Jean-Jacques Dessalines, vainqueur de la bataille décisive de Vertières, lui avait rendu le nom originaire de Haïti en honneur des peuples Arawak, Caraïbes et Tainos, au moins 100 000 personnes à la fin du 15ème siècle, exterminés en moins de vingt ans par les Espagnols et remplacés à partir de 1517, par des esclaves noirs déportés d’Afrique.