Archive for the ‘Culture’ Category

Engagement et lutte des classes

Posté le 24 mai, 2011 dans Culture

« L’art est partout, il est dans tout : dans la rue comme dans le musée, Et je dénie le droit que s’arrogent quatre ou cinq industriels de maculer avec leurs enseignes outrecuidantes la ville qui abrite un millions d’habitants ! » (Charles Garnier, 1871)

Il est communément admis que l’engagement est désintéressé. Dans l’acception commune, le désintéressement s’entend aujourd’hui comme la posture d’un individu dont l’engagement est étranger à toute volonté d’enrichissement pécuniaire.

Haut les poings !

Posté le 20 mars, 2011 dans Culture

L’immense succès rencontré par les 32 pages d’Indignez-vous ! a fait de cet ouvrage, écrit par Sylvie Crossman à la suite de trois entretiens avec Stéphane Hessel, un véritable phénomène d’édition comptant plus d’un million et demi de copies vendues en France. Par sa dimension politique et son engagement manifeste, le livre rassemble un nombre presque incalculable de partisans, mais rencontre aussi de nombreux opposants. Au-delà du positionnement qu’il semble presque imposer de par son titre, il invite à s’interroger sur les facteurs d’un tel engouement et sa résonnance au sein de la société.

Forum social de Dakar 2001 – accaparement des terres africaines

Posté le 13 mars, 2011 dans Afrique, Culture

L’accaparement des terres en Afrique est un gros problème qui commence à devenir de plus en plus grave. Dans la décennie qui vient sous des (faux) prétextes de rationalisation, de productivité, de nourrir les populations, de soulager le travail du paysan par les machines, etc., on pousse les commerçants et les fonctionnaires à s’accapparer, pardon… investir dans les terres, pour finalement les vendre aux sociétés étrangères, ou les louer pour 99 ans si la vente est interdite par la Loi.
Les agrocarburants sont souvent en ligne de mire

Au Burkina, vendre la terre massivement est difficile, car les gens ne se laissent pas faire. Les investisseurs des multinationales, qui osent même s’attribuer le titre de « défenseurs » de la production locale, n’attendent qu’une seule chose, produire des agrocarburants. Alors, les ONGs poussent au Jatropha pour faire du « durable », ou du « social », sous-couvert d’autosuffisance énergétique.

Ainsi, la filière sera prête et docile, comme pour le coton.
Au Niger, ce sont les vastes zones pastorales qui sont visées par les grosses fortunes. Sans titres de propriétés et desservis par des droits d’usage bien adaptés au mode pastoral, mais flous, les pasteurs sont démunis devant les corruptions d’État. De vastes zones se trouvent alors accaparées par des commerçants qui, en expulsant les bergers des espaces desservis par les points d’eau, pratiquent un élevage bien moins productif et moins rentable.
En Sierra Leone, c’est la société Suisse Addax Bio-energy, qui prétend dans ses publicités extérieures que les terres sont inexploitées, et qui investit dans les milliers d’hectares de Jatropha. 
Bref, la liste est longue.

Pétition ici : http://www.petitiononline.com/accapar/petition.html

http://www.dakar2011.org/

ASSEMBLÉE ÉLECTORALE ANPI 9 FÉVRIER 20h

Posté le 7 février, 2011 dans Culture, Résistance

Bonjour à toutes et à tous,
Comme vous le savez, vendredi 4 février s’est tenue la réunion de préparationà l’Assemblée du 9 février durant laquelle nous devrons élire un président, unsecrétaire , un trésorier et un délégué au XV Congrès national de l’ANPI qui aura lieuà Turin du 24 au 27 mars prochains.

Étaient présents Andrea Marri, Enrico Persico Licer, Francesca Gulizia, GiustinianoRossi, Luca Di Mauro, Michele Montanari, Michele Mulas (qui n’a pas participé à ladiscussion à cause d’un autre engagement mais qui s’est officiellement inscrit à lasection de Paris), Paola Vallatta et Salvatore Macrì.
Nous proposerons à Filippo Giuffrida, vice-président de la section belge de l’ANPI deprésider l’Assemblée. Nous proposons que la Commission électorale soit composéede Andrea Marri, Enrico Persico Licer ert Francesca Gulizia. La rédaction du compte-rendu sera confiée à la secrétaire provisoire, Bruna Lo Biundo.
A cette première assemblée, nous proposons:- de confirmer pour un an le président et le secrétaire désignés par le groupe promoteur,en attente que le travail en commun nous permette de mieux nous connaître- de remplacer l’actuel trésorier démissionnaire, Lorenzo Cassi, par Michele Montanari(l’informaticien qui s’occupera aussi de créer notre site, dés que nous auronsl’autorisation de l’ANPI)- comme déléguée au Congrès Paola Vallatta avec pour mission (plus générale et étantdonné qu’elle vit entre Milan et Paris) de cultiver les relations avec l’ANPI nationaleet de prévoir dans le statut de la section pour que la charge (de la déléguée) soitreprésentative une charge ad hoc, par exemple celle de vice-présidente de l’ANPIParis, déléguée aux relations avec l’Italie.- De fixer dés lors la date de la prochaine assemblée au 18 février 2012. A cetteoccasion, après un an de travail en commun et grâce à l’expérience acquise, ceuxqui le souhaiteront pourront proposer un projet comme base de leur candidature à laprésidence de la section ANPI de Paris, et de même pour les autres charges prévuespar le statut.
Tous les présents à l’assemblée pourront voter à condition d’être inscrits àl’association.
Toutes ces propositions ont été discutées et approuvées à l’unanimité par lesparticipants à la réunion.
Prochain rendez-vous le 9 février à 20 heures précises au siège des Garibaldiens, 20rue des Vinaigriers, Paris X°.
L’assemblée sera suivie d’un repas (15€ par personne)
Nous prions ceux qui n’ont pas encore confirmé leur participation ou nonparticipation au repas de le faire au plus tard lundi 7 février
par mail adressé à latta@free.fr ou en participant au sondage doodle http://doodle.com/sekinifhrp9ecyik .

Est-ce que j’ai une gueule d’hémisphère

Posté le 5 février, 2011 dans Culture

Pour la neurobiologiste américaine Lise Eliot, le cerveau des hommes et des femmes est pareil. S’il fonctionne différemment, c’est à cause de l’éducation, de la culture, de la société. «Oubliez la croyance qui veut que nous soyons conditionnés par la nature.»