Archive for the ‘environnement’ Category

La justice est elle une arme de dissuasion massive ?

Posté le 26 janvier, 2012 dans Nucléaire


Ce sont des réquisitions sévères qui ont été prononcées à l’encontre des deux militants qui comparaissaient aujourd’hui à Privas, et des neuf autres activistes, dont le procès s’est tenu le 20 janvier, à Troyes.
Manifestement, le ministère public a choisi de serrer la vis : la prison avec sursis devient le minimum requis, alors qu’il y a quelques années, pour des faits similaires, les militants écopaient d’amendes… La justice semble aujourd’hui vouloir dissuader la mobilisation, et criminaliser les lanceurs d’alerte.
Les deux militants, qui comparaissaient aujourd’hui à Privas, étaient restés sans être repérés plus de 14 heures dans la centrale de Cruas. Ils encourent les mêmes peines que les neuf activistes qui avaient pénétré dans la centrale de Nogent-sur-Seine et étaient jugés à Troyes le 20 janvier :
- quatre à six mois de prison avec sursis,
- amendes allant de 1 000 à 1 500 euros chacun,
- deux ans de mise à l’épreuve, avec interdiction de s’approcher à moins de 2 km d’une centrale nucléaire pour les neuf militants de Nogent-sur-Seine,
- 1 000 euros d’amende supplémentaire pour ceux qui ont refusé le prélèvement de leur ADN durant la garde à vue.
Le jugement est attendu pour le 21 février pour les “neuf de Nogent”, et le 28 février pour les “deux de Cruas”.
En France, le débat sur le nucléaire est jusqu’à maintenant confisqué par un État, des élites politiques et des responsables industriels obsédés par le nucléaire.
Pour susciter le débat et révéler des vérités cachées, les militants de Greenpeace mettent en œuvre des actions de confrontation non-violentes qui sont légitimes, même si elles sont illégales. Les citoyens qui les mènent assument les conséquences juridiques de leurs actes, mais doivent bénéficier d’un traitement particulier : ils ne sont pas des délinquants, ils servent l’intérêt général.
Un soutien sans faille aux militants : ce sont plus de 300 personnes qui se sont rassemblées devant les tribunaux et plus de 8 000 messages de soutien qui ont été publiés en ligne pour dire tout simplement MERCI ! à ces 11 porte-paroles.

LES INFRASTRUCTURES INUTILES CONTRE LES CITOYENS

Posté le 1 décembre, 2011 dans Fenêtre sur l'Italie, Résistance, environnement

En solidarité au peuple japonais

Posté le 19 mars, 2011 dans Nucléaire

> Venez manifester votre colère face à la menace nucléaire ce dimanche à Paris et dans toute la France !

> Tous à Paris ce dimanche 20 mars à 15 h devant l’assemblée nationale (Métro Assemblée nationale – Ligne 12)

  • 41 organisations nationales se sont regroupées pour un grand rassemblement unitaire à l’initiative du Réseau « Sortir du nucléaire ». Elles lancent un appel solennel au gouvernement français « Nucléaire, nous voulons avoir le choix ! » :
    http://groupes.sortirdunucleaire.org/alerte-japon/appel.html

> Mobilisez-vous, en soutien au peuple japonais et pour dénoncer la menace nucléaire !

> Nous comptons sur vous,

> L’équipe du Réseau « Sortir du nucléaire »

Pétition et Appel à mobilisation pour Léa et Tom

Posté le 19 février, 2011 dans environnement

D’un côté, la propagande d’État avec son « Grenelle » qui subventionne et peint en vert les pires pratiques environnementales tels les agro-carburants ; de l’autre, un couple d’écologistes ayant compris l’urgence de réduire son empreinte environnementale et qui, en cohérence avec ses convictions, applique au quotidien des gestes que l’ensemble des humains pourraient multiplier sans jamais nuire à la planète.

Bien que Léa et Tom soient soutenus par les habitants et le maire de leur commune où ils vivent parfaitement intégrés, le Préfet de l’Ariège a décrété que leur yourte : « Ne respecte pas les lois de l’urbanisme ».

Qui détruit la forêt amazonienne ?

Posté le 17 février, 2011 dans Catastrophes, environnement

En 1964, la compagnie pétrolifère américaine Texaco arriva dans la province amazonienne de Sucumbios, à la frontière de l’Equateur et de la Colombie, et après trois ans de recherches y découvrit le premier gisement de pétrole, Lago Agrio 1, devenu le cœur de la pollution dans la région. Dans les années qui suivirent, Texaco constitua un consortium avec l’état équatorien et depuis 1990 cessa d’œuvrer directement tout en demeurant dans le consortium dont la majorité passa dans les mains de Petroecuador.