Archive for the ‘Histoire’ Category

La Déclaration de Philadelphie

Posté le 24 février, 2010 dans Histoire

Après le traumatisme de la deuxième guerre mondiale, différents instruments juridiques, parmi lesquels la déclaration de Philadelphie, avaient cherché à subordonner les règles de la finance et du commerce international aux peincipes de dignité, de liberté, de sécurité économique et d’égalité des échanges. En contraste avec de tels principes, on tend aujourd’hui à faire du marché le fondement de tout ordre juridique et à traiter les droits nationaux comme des produits en compétition à l’intérieur d’un marché des normes. Ce darwinisme normatif est promu par la Banque mondiale qui a élaboré en ce sens des batteries d’indicateurs destinés à faire considérer de tels droits d’une manière favorable aux attentes des investisseurs financiers. Le darwinisme normatif n’est réaliste qu’en apparence et contribue à enfermer les cadres dirigeants dans des circuits autoréférenciés, en les coupant des conditions réelles de vie des populations. Faire de la lutte de tous contre tous le principe ultime de l’ordre juridique mondial ne pourra que générer de la violence.

L’AFFICHE ROUGE

Posté le 20 février, 2010 dans Histoire, Pour ne pas oublier

Quatre des membres du groupe Manouchian – Celestino Alfonso, Roger Rouxel, Robert Witchiz, Wolf Wajsbrot – vivaient et travaillaient à Ivry-sur-Seine, commune administrée par le PCF depuis les années 20; le groupe était constitué de 23 partisans communistes – 8 Polonais, 5 Italiens, 3 Hongrois, 1 Espagnol, une Roumaine et un Arménien – condamnés à mort et fusillés (tous sauf une, la Roumaine Olga Bancic, décapitée le 10 mai 1944 à Stuttgart) le 21 février 1944 au fort du Mont Valérien où fut érigé le 20 septembre 2003 un monument à la mémoire de tous les résistants et otages qui y furent tués.

Modeste proposition pour le bien des victimes

Posté le 16 février, 2010 dans Histoire

burka__735595Parmi les films marquants de l’année 2009 figure Vincere, consacré par Marco Bellochio au destin tragique d’Ida Dalser, amante congédiée par Mussolini et enfermée sur son ordre à l’asile. Il y a lieu de s’interroger sur la compassion ainsi suscitée pour celle dont le crime fut non pas d’avoir dénoncé le fascisme mais d’avoir revendiqué la gloire d’être la vraie femme du dictateur et la mère de son fils. Sans doute peut-on en réduire la portée au classique effet Marie-Antoinette : en dehors de tout jugement politique, une femme déchue d’un haut rang attirera toujours plus la compassion que celle dont la misère a toujours été la condition. La tragédie, disait déjà Aristote, est l’histoire de personnages célèbres qui passent par quelque coup de fortune du bonheur au malheur.

On sait que depuis trente ans une campagne idéologique acharnée s’est attachée à montrer dans la Révolution française l’origine des totalitarismes du XXe siècle (donc aussi du fascisme mussolinien) et à criminaliser, à sa suite, tous les mouvements d’émancipation et toutes les luttes sociales du passé.

Franco Basaglia, hier et aujourd’hui

Posté le 9 février, 2010 dans Fenêtre sur l'Italie, Histoire

index

« Les fenêtres sont enlaidies de grillage métallique interne. Le sol est gris et hérissé d’échardes. Cela pue le chou aigri, les mèches brûlées, les punaises et l’ammoniaque et cette odeur infecte provoque la même impression que celle que l’on éprouve en entrant dans une ménagerie. Les lits sont vissés au sol. On voit, allongés ou assis, des hommes en robe de chambre bleue portant un vieux béret. Ce sont les fous ». Ce n’est pas de Basaglia mais de Tchekhov qui préannonce de manière efficace, dans son récit « Salle n°6″ la dégradation de l’asile: un milieu « dégradé » par les barrières de prison qui le séparent de l’extérieur, un enclos malodorant et sale comme seul peut l’être une cage à animaux, où font leur entrée tels des animaux perchés sur leur lit: les fous!

Paris, métro Charonne

Posté le 8 février, 2010 dans Histoire

charonne

C’était le 8 février 1962: les syndicats CGT, CFTC, FEN, SNI et UNEF avaient organisé une manifestation pour réagir aux sept attentats de l’OAS qui, la veille, avaient ensanglanté Paris (l’un de ces attentats était dirigé contre le ministre de la Culture, André Malraux, un autre avait gravement blessé l’écrivain communiste Vladimir Pozner, auteur d’un roman qui dénonçait les tortures dont les Algériens avaient été les victimes, un autre avait rendu aveugle une fillette de quatre ans, Delphine Renard…).